Nos sites web

L’université Frères Mentouri de Constantine vient de signer une convention-cadre de partenariat avec la société nationale de transport ferroviaire (SNTF)

«Dans la perspective de développer une dynamique de collaboration et d’échange avec la société nationale des transports ferroviaires SNTF, l’université Frères Mentouri de Constantine (UFMC), représentée par son recteur, le Pr Abdelhamid Djekhoune, a signé, le 20 avril 2016 à Alger, une convention-cadre de partenariat d’une durée de trois ans avec la SNTR, représentée par  son directeur général, Bendjaballah Yacine», peut-on lire dans un communiqué du rectorat adressé à notre rédaction.

L’université Constantine 1 a endossé le rôle de VRP pour aller à la conquête du marché de l’emploi. Une passerelle est donc jetée entre l’université en tant que pourvoyeur de compétences et une société étatique, éventuel creuset de recrutement. «L’objectif de cette convention s’articule sur les modalités de partenariat entre les deux parties afin de conjuguer les potentialités humaines et matérielles dans le domaine de la recherche, de la formation professionnalisante des  étudiants à travers des stages pratiques, des encadrements de mémoire de fin d’études, de définition de projets conjoints», explique le signataire du document, le recteur Abdelhamid Djekhoune.

En d’autres termes, il est question d’un échange de bons procédés préservant les intérêts de l’une comme de l’autre partie, évoluant dans la sphère de l’encadrement professionnel et de la recherche technologique : «Au titre de ce partenariat, la SNTF s’engage à accueillir au sein de ses unités les étudiants stagiaires de l’UFMC dont le nombre et le profit ainsi que les thèmes de stages seront convenus au préalable d’un commun accord entre l’UFMC et la SNTF.

Il est question également de co-encadrement des projets de fin d’études des étudiants stagiaires au sein de la société, en collaboration avec les enseignants de l’UFMC.» En contrepartie, l’université Frères Mentouri est soumise à des engagements qu’elle est tenue d’honorer .«Pour sa part, l’université s’engage à mettre à la disposition de la SNTF les listes des promotions sortantes d’étudiants pour un éventuel recrutement, de soumettre aux différents partenaires de l’UFMC les thèmes de recherche qui intéressent la SNTF, de participer aux différentes manifestations organisées par la société et d’organiser d’éventuelles formations qualifiantes au profit du personnel de la SNTF», dixit le communiqué, qui rappelle que «la rencontre entre les deux parties a permis d’exposer les différentes formations du domaine des transports».

Cette convention  pourrait faire l’objet d’une reconduction : «Cette convention, qui reste ouverte à toute action de valorisation des formations et de promotion des relations entre les deux partenaires, sera évaluée à la fin du contrat et pourrait être soumise à un nouvel accord de partenariat pour une nouvelle durée.» L’université Frères Mentouri ou Constantine 1 est dotée d’un centre audiovisuel (CAV) qui dispose d’un fond numérique non négligeable mis à la disposition des étudiants et chercheurs. C’est du moins ce qui est présenté par l’institution universitaire dans un communiqué de vulgarisation : «Afin de faire face aux exigences des sciences et des technologies et pour répondre aux besoins de développement pédagogique et de recherche scientifique, l’université Frères Mentouri de Constantine est dotée d’un centre audiovisuel depuis 1972.

Ce service a débuté ses activités à la médersa avec l’installation d’un laboratoire de montage photo. Actuellement, le centre est considéré comme l’un des plus importants en matière d’infrastructures et en réalisation deressources numériques. Il a pour objectif de concevoir, produire et diffuser les ressources à des fins pédagogiques sur supports numériques pour le secteur universitaire, mais aussi pour tout autre public intéressé par la production universitaire.» Les perspectives du CAV sont énumérés par le rédacteur du document : «Le centre audiovisuel se charge de former le personnel désirant se perfectionner dans les nouvelles technologies  et le multimédia.

Le service est doté d’un studio équipé de toutes les commodités pour l’enregistrement de cours pédagogiques et d’émissions scientifiques dans les meilleures conditions.»Et d’égrener les multiples fonctions qu’il assure : «Le centre audiovisuel dispose aussi d’une cellule chargée de la numérisation, de l’indexation et de l’archivage des vidéos et des photos de toutes les manifestations scientifiques qui se sont déroulées au sein du campus dont les visites officielles, colloques, conférences, cérémonies de récompenses des étudiants et des enseignants…»

En résumé, le CAV de l’université Frères Mentouri a répertorié plus de 600 vidéos référencées et indexées et plus de 30 000 clichés photographiques sont numérisés à ce jour. «Ce fonds numérique est à la disposition des étudiants, des enseignants et des chercheurs sur différents formats et peut être consulté sur le site www.cav.umc.edu.dz», est-il mentionné, sauf que ce lien est inaccessible...

Naima Djekhar

        Un partenariat du genre « gagnant-gagnant » est en train de s'ébaucher entre l'université des Frères Mentouri de Constantine (UFMC) et la Société nationale de transport ferroviaire (SNTF), en considération du contenu et des objectifs visés par la « convention-cadre de partenariat » d'une durée de trois ans qui a été signée le 20 avril dernier entre les deux parties. Ce contrat qui définit les modalités de ce partenariat engage les deux parties à « conjuguer leurs potentialités humaines et matérielles dans le domaine de la recherche, de la formation professionnalisante des étudiants à travers des stages pratiques, des encadrements de mémoire de fin d'études, de définition de projets conjoints, etc. ». Et c'est incontestablement une véritable bouffée d'oxygène pour les étudiants de la filière transport de l'université qui ne cessent de réclamer des débouchés pour leur diplôme de fin d'études en organisant, tout au long de cette année universitaire, des mouvements de protestation, des grèves, etc. Et pour cause, en vertu de cette convention, la SNTF s'est engagée à accueillir au sein de ses unités les étudiants stagiaires de l'UFMC, dont le nombre et les profils ainsi que les thèmes de stage seront convenus au préalable d'un commun accord entre les deux partenaires. Il est question également, dans cette convention, de co-encadrement des projets de fin d'études des étudiants stagiaires au sein de la société en collaboration avec les enseignants de l'UFMC. De son côté, l'université s'est engagée à mettre à la disposition de la SNTF les listes de promotions sortantes des étudiants pour un éventuel recrutement, de soumettre aux différents départements de l'UFMC les thèmes de recherche qui intéressent la SNTF, de participer aux différentes manifestations organisées par la société et d'organiser d'éventuelles formations qualifiantes au profit du personnel de la SNTF. Et dans le même ordre d'idées, la rencontre entre les deux parties a permis d'exposer les différentes formations du domaine des transports. 
Et, ce qui est encore plus intéressant pour les étudiants de la filière transport de l'université des Frères Mentouri qui sont en cours de cycle, est que cette convention, « qui reste ouverte à toute autre action de valorisation des formations et de promotion des relations entre les deux partenaires », lit-on encore dans le texte signé par les deux partenaires, sera évaluée à la fin du contrat et pourrait aboutir à un nouvel accord de partenariat pour une nouvelle durée, dont l'importance sera, bien entendu, déterminée d'un commun accord. Ce qui ouvre incontestablement de larges perspectives d'avenir pour les étudiants concernés. Et pour la SNTF, elle pourra avoir à sa disposition tout le potentiel scientifique de l'université et les cadres formés pour mener son programme de développement qu'elle a défini dernièrement. Ce partenariat, dont la réussite est souhaitée par tous, qui pourrait servir d'exemple pour les autres secteurs de l'économie nationale et faire tache d'huile, répond parfaitement à la politique d'ouverture de l'université sur son environnement socio-économique. 

A MallemPublié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 04 - 2016


       L'université des Frères Mentouri ( UFMC) a abrité le 24 Avril 2016, la première réunion avec les différents partenaires socio-économiques en vue de la création d'un consortium de collaboration pour réaliser des projets commun en faveur du développement local et une meilleure insertion professionnelle des jeunes diplômés. Cette rencontre a rassemblé les Responsables de l'UFMC ainsi que des représentants de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI), de l'ANEM, de l'ANSEJ, la confédération algérienne du patronat(CAP) , des entreprises nationales (publiques et privées) à l'instar de l'Entreprise tracteurs agricoles(ETRAG), SAFILAIT, Entreprise moteurs(EMO), union nationale des entreprises bâtiments(UNEB), l'entreprise agricole Sahraoui, production machines outils (PMO)...

       Le club "université-Entreprises" est un espace de concertation, d'échanges et de réflexion sur le monde de l'entreprise visant plusieurs objectifs : il s'agit de soutenir le développement local et régional en s'appuyant sur le plan d'aménagement de la région 2025, de rendre plus lisible l'offre de formation universitaire auprès des entreprises , de faciliter l'insertion professionnelle des jeunes diplômés, de favoriser le transfert technologique et l'innovation, de s'aligner aux standards internationaux ainsi que de diffuser la culture de l'entreprise à l'université.

       Pour cela, 1'UFMC et les fondateurs ont proposé plusieurs missions à ce club telles que faire connaître les évolutions des métiers et des besoins des différents secteurs tout en rapprochant l'entreprise des étudiants. Aider à la collecte et la diffusion des offres de stages et d'emplois à travers la réalisation de projets de fin d'études sur des sujets portant sur des thèmes qui intéressent l'entreprise, mettre en place la pratique du mentorat pour développer la culture entrepreneuriale, faciliter les mises en relation pour les actions de formation continue et aussi valoriser l'investissement et promouvoir l'innovation et le transfert technologique au profit des entreprises.

       Toutes ces ambitions passent par l'organisation d'activités et d'actions de type Job Dating, stage dating, coaching en vue de faciliter l'insertion des étudiants ; cela se concrétise par l'organisation de conférences sur les évolutions des métiers et des technologies à travers la préparation des portes ouvertes sur les entreprises, de concours tels que le prix de l'innovation et la meilleure idée de création d'entreprise ainsi que la sponsorisation des événements d'étudiants.

       Enfin, pour favoriser un climat de travail conjoint, un comité de direction, qui réunit des représentants de l'université et des entreprises, a été installé afin de réunir les différentes idées et thèmes qui intéressent les différents partenaires et de tracer un programme de travail rentable et durable pour pérenniser cette collaboration et de concevoir le statut et les missions et les objectifs de ce club.


    Dans la perspective de développer une dynamique de collaboration et d'échange avec la société nationale des transports ferroviaires SNTF, l'université des Frères Mentouri Constantine ( UFMC), représentée par son Recteur, Pr Djekoun Abdelhamid, a signé le 20 Avril 2016 à Alger, une convention cadre de partenariat d'une durée de trois ans avec la société nationale des transports ferroviaires (SNTF), représentée par son DG, Mr Bendjabellah Yacine. Étaient présents à cet événement du coté de l'UFMC : Madame La Vice Rectrice chargée des relations extérieures, Mr le Doyen de la faculté des Sciences et des technologies, Mr le chef du département des transports ainsi que Mr l'Adjoint du chef du département des transports. Du coté de la SNTF, la cérémonie a connu la présence du Secrétaire Général, le DRH, les chefs de services et les directeurs centraux de la Direction Générale. L'objectif de cette convention s'articule sur les modalités de partenariat entre les deux parties afin de conjuguer les potentialités humaines et matérielles dans le domaine de la recherche, de la formation professionnalisante des étudiants (à travers des stages pratiques, des encadrements de mémoires de fin d'études, de définition de projets conjoints...)

    Au titre de ce partenariat, la SNTF s'engage à accueillir au sein de ses unités, les étudiants stagiaires de l'UFMC, dont le nombre et le profil ainsi que les thèmes de stages seront convenus au préalable d'un commun accord entre l'UFMC et la SNTF. Il est question également de co-encadrement des projets de fin d'études des étudiants stagiaires au sein de la société en collaboration avec les enseignants de l'UFMC.

    Pour sa part, l'Université s'engage à mettre à la disposition de la SNTF les listes des promotions sortantes des étudiants pour un éventuel recrutement, de soumettre aux différents départements de l'UFMC les thèmes de recherches qui intéressent la SNTF, de participer aux différents manifestations organisées par la Société et d'organiser d'éventuelles formations qualifiantes au profit du personnel de la SNTF.

    La rencontre entre les deux parties a permis d'exposer les différentes formations du domaine des transports. Cette convention, qui reste ouverte à toute autre action de valorisation des formations et de promotion des relations entre les deux partenaires, sera évaluée à la fin du contrat et pourrait aboutir à un nouvel accord de partenariat pour une nouvelle durée.


Inscriptions : du 02 mai au 11 juillet 2016

Pour le 16 Juillet 2016 

Candidats tunisiens

L'institut propose une formation de troisième cycle spécialisé en finances publiques d'une durée de deux (02) années. A l’issue de leur formation, les diplômés de l’institut sont affectés à leurs postes de travail en fonction des besoins exprimés par les services du Ministère des Finances.

Conditions d’accès

Les diplômés de l’enseignement supérieur (Maîtrise - Licence LMD avec au moins la 1ère année de Master réussie – Ingénieur – Diplôme équivalent reconnu par la règlementation en vigueur) en sciences économiques, financières, commerciales et juridiques, ingénieurs en économétrie, planification, statistiques, informatique et recherche opérationnelle qui ne dépassent pas 28 ans à la date de clôture des inscriptions, et ne dépassent pas 34 ans à la date de clôture des inscriptions, pour les candidats ayant travaillé auparavant dans la fonction publique.

Formalités à remplir

  •  Une demande manuscrite
  •  Copie de la carte d’identité nationale
  •  Une copie certifiée conforme à l’original du diplôme
  •  Un extrait d’acte de naissance ne dépassant pas 3 mois de sa date de délivrance
  •  Quatre (04) photos d’identité
  •  Un mandat postal de 30 DT au nom de l’IFID, CCP - Tunis 1740/38
  •  Formulaire de renseignements pédagogiques dûment rempli (imprimé sur le site web de l’institut).

Modalités d’inscription

Les dossiers de candidatures doivent être envoyés par voie postale avec accusé de réception ou déposés à l’adresse suivante : 8 avenue Tahar Ben Ammar El Manar II – Tunis.

Modalités du concours

I - Epreuves d'admissibilité (écrites) : 16 Juillet 2016 A l'Institut de Financement du Développement du Maghreb ArabeIFID – Tunis. 1)

  • Epreuve n°1 : De 9 h 00 à 10 h 30, Culture générale. 2)
  • Epreuve n°2 : De 10 h 45 à 12 h 15, au choix : Techniques quantitatives (Statistiques, Mathématiques financières, Recherche Opérationnelle…) ou Finances publiques. 3)
  • Epreuve n°3 : De 13 h 15 à 14 h 45, au choix : Economie (Macro et/ou Micro) ou Droit (administratif et/ou commercial)

*Chacune des épreuves aura une durée de 1 h 30 minutes et permettra de vérifier la capacité du candidat à maîtriser les instruments et concepts et à élaborer un raisonnement cohérent pour présenter des analyses en utilisant des outils adéquats.

* Le candidat doit répondre obligatoirement à toutes les épreuves en langue française à l’exception de la 1ère épreuve (Culture générale) où le candidat est autorisé à composer selon son choix en arabe ou en français.

II - Epreuve d'admission (orale) : Le 04 Août 2016

Les candidats admis aux épreuves écrites passeront une épreuve orale sous forme d’exposé devant un jury d’examen portant sur un sujet dans l’un des domaines suivants : économique, financier, juridique ou social.  

Remarques importantes :

Les épreuves écrites et orale se dérouleront au siège de l’Institut de Financement du Développement du Maghreb Arabe (IFID) sis à 8 avenue Tahar Ben Ammar El Manar II – Tunis.

Tout dossier de candidature ne contenant pas l’un des documents requis ci-dessus cités ou parvenu ou déposé après la date de clôture de la liste des candidatures sera rejeté ; la date du cachet de la poste faisant foi.

La liste des candidats admissibles, ainsi que la liste des candidats admis seront publiées sur les sites web de l’institut et du Ministère des Finances. 

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTIONS

* Institut d’Economie Douanière et Fiscale B.P. 100, Route de Bou-Ismail - Koléa Wilaya de Tipasa - Algérie  : (213) 24 38 45 65 Fax : (213) 24 38 45 66 Le guide du candidat sur le site web de l’institut Site Web : www.iedf-dz.com E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

* Ministère des Finances : Direction Générale de la Gestion des Ressources Humaines, 12 Avenue Lehbib Thamer - Tunis  : 781.241.723 Fax : 71.241.729 Site Web : www.portail.finances.gov.tn


J'ai l'honneur de vous informer du lancement, de l'Appel à projets au titre de l'année 2016 avec la Wallonie-Bruxelles ». Vous trouverez ci-joint, « une note de cadrage comportant » toutes les informations relatives à la procédure aux modalités de présentation et de dépôt de projets. Je vous saurais gré de bien, vouloir assurer une très large diffusion de cette annonce et de nous transmettre les proposition de projet . avant la 30 avril 2016.

Bien Cordialement


«...Une vision commune visant le développement durable, qui met les bases d’une culture d’ouverture sur la vie et rompt avec la culture de la mort, de l’extrémisme et du repli », dira hier, Mme Sonia M’barek, la ministre tunisienne de la Culture en recevant le flambeau lui passant l’honneur d’organiser à Sfax la ville du sud, l’événement culturel de « Capitale de la culture arabe », de son homologue algérien, M. Azzedine Mihoubi. Une invitation officielle a été, par ailleurs, adressée au président tunisien de la commission d’organisation de la manifestation culturelle « Sfax Capitale de la Culture Arabe 2016 », afin de faire bénéficier ce pays frère de la riche expérience algérienne dans ce domaine, l’événement CCCA formidablement réussi, selon la ministre. Constantine capitale de la culture arabe 2015, a passé le flambeau de la manifestation à Sfax, la ville tunisienne lors d’une soirée pleine de musicalité animée, hier, au niveau de la salle des Grands Spectacles Ahmed Bey. Symbolisant la réconciliation entre Cirta et Syfax et renforçant ainsi, par ce passage intermaghrébin de  l’événement culturel, les liens très étroits, remontant aux époques les plus anciennes, entre les deux pays frères et voisins, comme l’a souligné M. Azzedine  Mihoubi, notre ministre de la Culture. Ces liens, nul ne l’ignore, vont  du domaine politique au sportif, passant par le social, familial, pour toucher  le sécuritaire, ces liens sont une histoire commune et un avenir inéluctablement commun. C’était une soirée où les plus belles voix algériennes et tunisiennes, se sont entremêlées harmonieusement,  Ziad Gharssa, Djamel Chabbi  Abdallah El Menai, Sofia Sadek qui a chanté les paroles d’Azzedine Mihoubi,  Abdou Deriassa qui a fait revivre les chansons de son père, Mehrzia Touil a épaté dans le style Tarabi, ainsi que des chansons collectives tirées du répertoire de  Mohamed El Djemmoussi, et de  Dahmene El Harrachi « ya rayh wine messefer ». Soulignons qu’hier, à son arrivée à Constantine, Mme M’barek, la ministre tunisienne accompagnée par M. Azzedine Mihoubi  et le wali de Constantine, a été invitée à inaugurer l’annexe de la maison de la culture d’Ali Mendjeli. Après une présentation de cette infrastructure, une visite guidée à travers ses différentes ailes, une belle exposition de tableaux de peinture attendait la ministre. Au niveau de la salle des spectacles flambant neuve, une chorale de 7 jeunes talents,  a chanté à la mémoire de Benbadis, « Chaab el djazir mouslimoune », en version moderne très rythmée et ensuite classique,  une œuvre mise en scène par  Islam Mamoune. On soulignera  à la fin, que la ville de Sfax va bénéficier dans le cadre  de cet événement de beaucoup de projets,  citons la transformation de l’église catholique en bibliothèque numérique et un théâtre accueillant 200 spectateurs, la réhabilitation de l’ancienne ville afin de l’introduire dans le patrimoine international de l’Unesco et l’aménagement de la corniche de Sfax pour devenir un espace de détente.   

Rekibi Chikhi

L'est republicain


ALGER- Les membres de l'assemblée populaire nationale (APN) ont adopté, mercredi à la majorité, le projet de loi relatif à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires et l'identification des individus.

Le vote du texte de loi a eu lieu lors d'une séance plénière, présidée par M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l'APN, et en présence de la ministre de la Solidarité nationale et de la condition de la femme Mounia Meslem en remplacement du ministre de la Justice Garde des sceaux Tayeb Louh.

A l'issue du vote, Mme Meslem a indiqué que la loi mettait en place le cadre législatif pour l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires et l'identification des individus dans le respect de leur  vie privée et de leurs données personnelles.

"Il s'agit d'un outil a même de contribuer au développement de l'action judiciaire conformément aux objectifs du programme du président de la République que le gouvernement s'attelle à mettre en oeuvre", a-t-elle dit.

Pour la ministre, la loi sur l'utilisation de l'empreinte génétique permettra à la justice d'opérer un bond qualitatif dans l'utilisation des procédés scientifiques en matière de preuve. "Une avancée dans la voie de la consolidation de la justice en tant que fondement de l'édification de l'Etat de droit et garant des libertés et droits fondamentaux", a encore soutenu Mme Meslem précisant que le texte adopté fixait les règles d'utilisation de cette technique et les autorités habilitées à ordonner le prélèvement d'échantillons biologiques pour procéder à ces prélèvements ainsi que les services qui peuvent demander le recours à cette technique.

La ministre a ajouté que le texte définissait les catégories à soumettre aux analyses de l'empreinte génétique, les personnes habilitées à   faire les prélèvements, les services agréés pour faire les analyses ainsi que les conditions et limites d'utilisation de l’empreinte génétique.

La commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'APN a fait savoir dans son rapport qu'aucune proposition d'amendement  n' a émané des députés au regard de l'aspect technique du texte de loi.

APS


L’Assemblée populaire nationale a également procédé à l’adoption à la majorité absolue du projet de loi relative à l’utilisation de l’empreinte génétique dans les procédures juridiques et l’identification des personnes, un texte de loi qui vient combler un vide juridique en dépit de l’utilisation de cette technique depuis des années et encadrer ces opérations en définissant les règles garantissant qu’aucun usage abusif ne soit fait de l’empreinte génétique. Prenant la parole au nom du ministre de la Justice, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, qui a salué les députés pour ce vote positif, a indiqué que la loi vient mettre en place le cadre législatif pour l’utilisation de l’empreinte génétique dans les procédures judiciaires et l’identification des individus dans le respect de leur vie privée et de leurs données personnelles. Elle a ajouté que ce nouvel outil contribuera au développement de l’action judiciaire conformément aux objectifs du programme du Président de la République que le gouvernement s’applique à mettre en œuvre.  
Le texte garantit également que les échantillons obtenus pour ne pas être utilisés à des fins illicites, conformément à la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme, promulguée par l'UNESCO le 11 novembre 1997. La loi qui vient d’être votée repose sur plusieurs principes dont la protection de la vie privée des personnes et l’établissement d’un équilibre entre celle-ci et la nécessité de préserver la sécurité et de protéger la société contre la criminalité sous toutes ses formes.
Elle intervient pour adapter et harmoniser la législation nationale aux progrès enregistrés en matière de moyens de preuve et de recherche scientifique concernant l’ADN. Les membres parlementaires ont également procédé à l’adoption des rapports de validation de la qualité d’un député du RND en remplacement de Miloud Chorfi, désigné sénateur au Conseil de la nation et du remplacement de la députée de l’AAV, Oum Hani par Saïd Aït Djenaoui. Les travaux de l’APN reprendront ce matin en séance plénière consacrée aux réponses à des questions adressées au ministre des
Finances et au ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.
Houria A.

El Moudjahid


Page 9 sur 64

Projet SATELIT

Projets Num Doc (Online)

Plateforme Nationale Compere

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Janvier 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 401 invités et aucun membre en ligne

Université des Frères Mentouri

Université des Frères Mentouri - Constantine BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71