Nos sites web

Thursday, November 14, 2019

Items filtered by date: lundi, 18 mars 2013 - Université des Frère Mentouri Constantine

Lors d'une réunion de l'exécutif, tenue samedi dernier, le wali de Constantine a affirmé la nécessité de l'application effective de la décision du gouvernement de consacrer 20% des projets pour les micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs d'aide à l'emploi, ANSEJ, CNAC et Angem.

Selon un communiqué de la wilaya, reçu hier à la rédaction, le chef de l'exécutif, Nouredine Bedoui, a insisté sur ce point d'intégration des micro-entreprises notamment celles spécialisées dans la voirie et les réseaux divers (VRD), en considération que ces dernières auront pour effet d'imprimer un rythme accéléré à la réalisation des projets d'habitations comme de tous les autres projets de construction.
Et pour ce faire, les responsables des secteurs en question ont été invités à établir un fichier actualisé des entrepri- ses activant dans leurs sec- teurs respectifs.

Le chef de l'exécutif a considéré que le fichier actualisé portant le détail des capacités de chacune des entreprises ainsi que ses chantiers, permettront aux autorités de mieux apprécier la situation pour mieux répartir les plans de charges. De même que ce fichier permettra à l'administration locale, de prévoir des plans de charge des PME, créées dans le cadre des formules de l'ANSEJ, l'ANGEM et la CNAC et de mieux veiller à la stricte exécution du décret présidentiel 12-23, du 18 janvier 2012, recommandant de réserver, prioritairement et exclusivement, 20% de leurs commandes aux dites petites entreprises.

Le wali a également indiqué que l'incorporation de ces PME dans les chantiers aura un double avantage: elle permettra de donner du travail aux PME, d'une part, et d'alléger le fardeau de certaines entreprises de réalisation qui se trouvent débordées. Dans ce sillage, le secrétaire général de la wilaya, M. Aziz Benyoucef, a invité les micro-entreprises «d'être à l'écoute car des appels à consultation seront lancés incessamment et graduellement jusqu'à intégrer toutes ces PME, à l'instar de ce qui a été fait pour les PME versées dans l'hygiène et les espaces verts».

Et de rappeler que celles-ci, ont actuellement des plans de charge et sont intégrées dans la réalisation de projets avec les différentes mairies de la wilaya.

Published in La Revue de Presse

Lors d'une réunion de l'exécutif, tenue samedi dernier, le wali de Constantine a affirmé la nécessité de l'application effective de la décision du gouvernement de consacrer 20% des projets pour les micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs d'aide à l'emploi, ANSEJ, CNAC et Angem.

Selon un communiqué de la wilaya, reçu hier à la rédaction, le chef de l'exécutif, Nouredine Bedoui, a insisté sur ce point d'intégration des micro-entreprises notamment celles spécialisées dans la voirie et les réseaux divers (VRD), en considération que ces dernières auront pour effet d'imprimer un rythme accéléré à la réalisation des projets d'habitations comme de tous les autres projets de construction.
Et pour ce faire, les responsables des secteurs en question ont été invités à établir un fichier actualisé des entrepri- ses activant dans leurs sec- teurs respectifs.

Le chef de l'exécutif a considéré que le fichier actualisé portant le détail des capacités de chacune des entreprises ainsi que ses chantiers, permettront aux autorités de mieux apprécier la situation pour mieux répartir les plans de charges. De même que ce fichier permettra à l'administration locale, de prévoir des plans de charge des PME, créées dans le cadre des formules de l'ANSEJ, l'ANGEM et la CNAC et de mieux veiller à la stricte exécution du décret présidentiel 12-23, du 18 janvier 2012, recommandant de réserver, prioritairement et exclusivement, 20% de leurs commandes aux dites petites entreprises.

Le wali a également indiqué que l'incorporation de ces PME dans les chantiers aura un double avantage: elle permettra de donner du travail aux PME, d'une part, et d'alléger le fardeau de certaines entreprises de réalisation qui se trouvent débordées. Dans ce sillage, le secrétaire général de la wilaya, M. Aziz Benyoucef, a invité les micro-entreprises «d'être à l'écoute car des appels à consultation seront lancés incessamment et graduellement jusqu'à intégrer toutes ces PME, à l'instar de ce qui a été fait pour les PME versées dans l'hygiène et les espaces verts».

Et de rappeler que celles-ci, ont actuellement des plans de charge et sont intégrées dans la réalisation de projets avec les différentes mairies de la wilaya.

Published in La Revue de Presse 2

L'investissement dans les « activités innovantes » qui pourraient ouvrir de nouveaux horizons aux jeunes et moins jeunes, porteurs de projets, prend de plus en plus de place, dans le secteur de l'industrie de transformation de la wilaya de Constantine.

Ces activités commencent à attirer l'attention des spécialistes, des décideurs et aussi des médias. Et c'est ainsi que les animateurs de l'émission « Indices économiques » de la radio régionale lui ont consacré leur dernière édition, diffusée samedi dernier. Emission dont les concepteurs militent pour le développement de l'esprit d'entreprenariat. Ils ont invité sur le plateau les responsables de l'agence locale de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC) et des membres du CALPIREF, à côté de deux investisseurs qui ont exposé leurs expériences, l'un dans le domaine de l'élevage de l'escargot et sa transformation en matières premières destinées aux industries cosmétique, pharmaceutique et alimentaire et, pour le second, dans le domaine de la photogravure au laser.

Les deux entrepreneurs ont exposé, en détail, leurs expériences respectives. Et dans ce cadre, c'est l'activité d'élevage des escargots, par son originalité, sa rentabilité et les facilités de production qu'elle offre, qui a retenu l'attention des participants ainsi que des auditeurs.

C'est M. Boumahrat Makram, jeune investisseur qui s'est lancé dans cette aventure d'élevage et de transformation de l'escargot, depuis 2003, qui a pris le soin d'expliquer d'abord son expérience en la matière et mettre ensuite en exergue les bienfaits de cette activité en exposant en détail le processus de production.

«On peut considérer l'industrie de transformation de ce mollusque à trois niveaux, commença-t-il : en tant que produit alimentaire très prisé dans les pays développés, comme matière première entrant dans la fabrication de produits esthétiques et enfin dans les produits pharmaceutiques à cause des huiles qu'on peut tirer du traitement de sa viande. A l'heure actuelle, 95% de notre production, réalisée dans la wilaya de Constantine, sont exportés vers des pays comme l'Italie et l'Espagne. Le ramassage de l'escargot est facile, surtout au printemps et en été où il prolifère. Au début, nous vendions le quintal d'escargots entre 6 et 7 millions de centimes. Aujourd'hui, un seul kilo est négocié entre 900, 1.100 et parfois jusqu'à 1.200 dinars. Nous utilisons des équipements simples qui ne coûtent pratiquement rien.

Et la meilleure qualité du produit est réalisée dans la wilaya de Constantine où le niveau de production est fort. Un kilo de mollusques élevé pourra produire entre 50 et 150 kg, cela dépend de la méthode et de l'humidité du milieu car l'escargot a besoin de beaucoup d'eau pour gonfler. Des ramasseurs font la cueillette et nous fournissent la matière. C'est aussi un domaine où les marges bénéficiaires sont très grandes».

Il terminera son exposé en signalant que des investisseurs opèrent dans ce créneau dans les wilayas de Mila, El-Tarf, Jijel, Skikda et Blida.

«Presque toute la production nationale est écoulée en Tunisie», dira-t-il encore. «Cette industrie nouvelle participe pour environ 40 % dans l'économie de la Tunisie. Et dans l'avenir nous allons nous tourner vers le pays pour proposer notre production dans le secteur touristique, notamment dans les nouvelles infrastructures hôtelières. C'est un domaine où les marges bénéficiaires sont très grandes, où il n'y a jamais de déficit et où le chiffre d'affaires peut atteindre jusqu'à 700 millions de centimes par saison ! ».

Convaincu, M'cellef Ahmed, directeur de la CNAC et membre du Calpiref pense qu'il faut sortir l'investissement du cercle de transports, bâtiment et services. « Nous nous orientons maintenant vers la qualité et la pérennité de l'entreprise en innovant, dit-il. Nous encourageons aussi la photogravure au laser sur divers supports, surtout le cristal qui est un produit facile et innovant, qui peut être appliquée dans plusieurs domaines, notamment le tourisme, la publicité, la médecine, etc ». Et le second entrepreneur, M. Lezzar, d'intervenir pour parler de son expérience dans le secteur de pointe qu'est la photogravure par laser où le lancement de son entreprise a été fortement encouragé par la CNAC, dit-il. Mais il ne suffit pas de produire, il faut aussi écouler la production. Et à ce titre, les participants ont longuement évoqué le manque de maîtrise des techniques du marketing.

Published in La Revue de Presse

L'investissement dans les « activités innovantes » qui pourraient ouvrir de nouveaux horizons aux jeunes et moins jeunes, porteurs de projets, prend de plus en plus de place, dans le secteur de l'industrie de transformation de la wilaya de Constantine.

Ces activités commencent à attirer l'attention des spécialistes, des décideurs et aussi des médias. Et c'est ainsi que les animateurs de l'émission « Indices économiques » de la radio régionale lui ont consacré leur dernière édition, diffusée samedi dernier. Emission dont les concepteurs militent pour le développement de l'esprit d'entreprenariat. Ils ont invité sur le plateau les responsables de l'agence locale de la Caisse nationale d'assurance chômage (CNAC) et des membres du CALPIREF, à côté de deux investisseurs qui ont exposé leurs expériences, l'un dans le domaine de l'élevage de l'escargot et sa transformation en matières premières destinées aux industries cosmétique, pharmaceutique et alimentaire et, pour le second, dans le domaine de la photogravure au laser.

Les deux entrepreneurs ont exposé, en détail, leurs expériences respectives. Et dans ce cadre, c'est l'activité d'élevage des escargots, par son originalité, sa rentabilité et les facilités de production qu'elle offre, qui a retenu l'attention des participants ainsi que des auditeurs.

C'est M. Boumahrat Makram, jeune investisseur qui s'est lancé dans cette aventure d'élevage et de transformation de l'escargot, depuis 2003, qui a pris le soin d'expliquer d'abord son expérience en la matière et mettre ensuite en exergue les bienfaits de cette activité en exposant en détail le processus de production.

«On peut considérer l'industrie de transformation de ce mollusque à trois niveaux, commença-t-il : en tant que produit alimentaire très prisé dans les pays développés, comme matière première entrant dans la fabrication de produits esthétiques et enfin dans les produits pharmaceutiques à cause des huiles qu'on peut tirer du traitement de sa viande. A l'heure actuelle, 95% de notre production, réalisée dans la wilaya de Constantine, sont exportés vers des pays comme l'Italie et l'Espagne. Le ramassage de l'escargot est facile, surtout au printemps et en été où il prolifère. Au début, nous vendions le quintal d'escargots entre 6 et 7 millions de centimes. Aujourd'hui, un seul kilo est négocié entre 900, 1.100 et parfois jusqu'à 1.200 dinars. Nous utilisons des équipements simples qui ne coûtent pratiquement rien.

Et la meilleure qualité du produit est réalisée dans la wilaya de Constantine où le niveau de production est fort. Un kilo de mollusques élevé pourra produire entre 50 et 150 kg, cela dépend de la méthode et de l'humidité du milieu car l'escargot a besoin de beaucoup d'eau pour gonfler. Des ramasseurs font la cueillette et nous fournissent la matière. C'est aussi un domaine où les marges bénéficiaires sont très grandes».

Il terminera son exposé en signalant que des investisseurs opèrent dans ce créneau dans les wilayas de Mila, El-Tarf, Jijel, Skikda et Blida.

«Presque toute la production nationale est écoulée en Tunisie», dira-t-il encore. «Cette industrie nouvelle participe pour environ 40 % dans l'économie de la Tunisie. Et dans l'avenir nous allons nous tourner vers le pays pour proposer notre production dans le secteur touristique, notamment dans les nouvelles infrastructures hôtelières. C'est un domaine où les marges bénéficiaires sont très grandes, où il n'y a jamais de déficit et où le chiffre d'affaires peut atteindre jusqu'à 700 millions de centimes par saison ! ».

Convaincu, M'cellef Ahmed, directeur de la CNAC et membre du Calpiref pense qu'il faut sortir l'investissement du cercle de transports, bâtiment et services. « Nous nous orientons maintenant vers la qualité et la pérennité de l'entreprise en innovant, dit-il. Nous encourageons aussi la photogravure au laser sur divers supports, surtout le cristal qui est un produit facile et innovant, qui peut être appliquée dans plusieurs domaines, notamment le tourisme, la publicité, la médecine, etc ». Et le second entrepreneur, M. Lezzar, d'intervenir pour parler de son expérience dans le secteur de pointe qu'est la photogravure par laser où le lancement de son entreprise a été fortement encouragé par la CNAC, dit-il. Mais il ne suffit pas de produire, il faut aussi écouler la production. Et à ce titre, les participants ont longuement évoqué le manque de maîtrise des techniques du marketing.

Published in La Revue de Presse 2
lundi, 18 mars 2013 12:22

Secrétariat Général

- Est géré par Mr. BELAOUIRA Foudil - Administrateur Principal –
( Licencié en Sciences Economiques – Gestion - ( 1977 ) - Université de Constantine ).
- Le Secrétariat Général a pour mission de :

  • Préparer, effectuer et suivre les actes de gestion des personnels .
  • Assurer la conservation de la documentation et des archives de l'Université .
  • Veiller au fonctionnement des services communs de l'Université .
  • Suivre la gestion des activités culturelles et sportives .
  • Coordonner et suivre les activités des services administratifs .
  • Veiller à la maintenance des équipements et à l'exécution des grosses réparations .

Il est aidé dans sa mission par quatre (04) Sous- Directions :
1- La Sous – Direction du Budget et de la comptabilité :
Mr FALEK Hamza Sous Directeur
1.1 Le Service du Budget et de comptabilité :
Mr KHEIRALLAH Abderrahmane – Chef de Service .
1.2 Le Service du Contrôle de Gestion :
Mr ABDELLI Djaâfar – Chef de Service

2 - La Sous – Direction des Personnels et de la formation :
Mr BELFRIEKH Boudjemaa – Sous Directeur
2.1 Le Service des Personnels Administratifs, Techniques et Agents de Service :
Mr BOUAMOUD Cherif – Chef de Service .
2.2 Le Service des Personnels Enseignants :
Mr ABDELLATIF Djamel – Chef de service
2.3 Le Service de la Formation et du perfectionnement :
Melle TALHI Zoubeida – chef de service

3 - La Sous -Direction des Activités Culturelles et Sportives :
Mr RIBOUH Bachir
3.1 Le Service des Activités Sportives :
3.2 Le Service des Activités Culturelles :

4- La Sous –Direction des Moyens et de la Maintenance :
Mr AYACHE Hamid Sous-Directeur
4.1 Le Service des Moyens et l'Inventaire :
Mr BENBOUZID Rafik
4.2 Le Service de l'Entretien et de la Maintenance :
4.3 le service des Archives :

Melle BOUGOFFA Nadia : chef de service

5 -Le Bureau d'ordre : chargé de la réception, l'envoi, la distribution et l'enregistrement du courrier :
Mr CHARFIA Mohamed

6 -Le Centre de Calcul : chargé du traitement informatique des données en matière de gestion financière et administrative ; le traitement des salaires, rappels et indemnités de l'ensemble du personnel de l'Université:
Mr BENOTHMANE Mohcene : Chef de Service

7 - La Bibliothèque Universitaire : gérée par un conservateur en chef : chargé du suivi du fonds documentaire de l'université ( ouvrages et abonnements scientifiques )
Mme KAÏD KESBA TABBOURA Directrice de la Bibliothèque .

8 -Le Centre d'impression : chargé de l'édition des polycopies et ouvrages des enseignants ; l'impression de toute la documentation des différents services .
Mr HIRECHE Mostefa – Responsable –

9 -Le Centre Audio-visuel : chargé de la couverture de toutes les activités pédagogiques et manifestations scientifiques de l'Université ( Photo – enregistrement – film – etc … )
Mr BENABDOUN Mostefa Responsable

10 -Le Bureau du Contentieux : chargé de toutes les affaires en litige avec des tiers personnes.
Mr CHARFIA Mohamed – Responsable

11 -Le Bureau de sûreté Interne :
Il y a lieu de signaler la présence auprès du Secrétariat Général d'un chargé de mission
Mr BENKHABCHACHE Med Tahar

Contacts :
+ (213 31) 81 87 04
+ (213 31) 81 86 87 Fax : (213 31) 81.85.01

lundi, 18 mars 2013 12:22

Secrétariat Général

- Est géré par Mr. BELAOUIRA Foudil - Administrateur Principal –
( Licencié en Sciences Economiques – Gestion - ( 1977 ) - Université de Constantine ).
- Le Secrétariat Général a pour mission de :

  • Préparer, effectuer et suivre les actes de gestion des personnels .
  • Assurer la conservation de la documentation et des archives de l'Université .
  • Veiller au fonctionnement des services communs de l'Université .
  • Suivre la gestion des activités culturelles et sportives .
  • Coordonner et suivre les activités des services administratifs .
  • Veiller à la maintenance des équipements et à l'exécution des grosses réparations .

Il est aidé dans sa mission par quatre (04) Sous- Directions :
1- La Sous – Direction du Budget et de la comptabilité :
Mr FALEK Hamza Sous Directeur
1.1 Le Service du Budget et de comptabilité :
Mr KHEIRALLAH Abderrahmane – Chef de Service .
1.2 Le Service du Contrôle de Gestion :
Mr ABDELLI Djaâfar – Chef de Service

2 - La Sous – Direction des Personnels et de la formation :
Mr BELFRIEKH Boudjemaa – Sous Directeur
2.1 Le Service des Personnels Administratifs, Techniques et Agents de Service :
Mr BOUAMOUD Cherif – Chef de Service .
2.2 Le Service des Personnels Enseignants :
Mr ABDELLATIF Djamel – Chef de service
2.3 Le Service de la Formation et du perfectionnement :
Melle TALHI Zoubeida – chef de service

3 - La Sous -Direction des Activités Culturelles et Sportives :
Mr RIBOUH Bachir
3.1 Le Service des Activités Sportives :
3.2 Le Service des Activités Culturelles :

4- La Sous –Direction des Moyens et de la Maintenance :
Mr AYACHE Hamid Sous-Directeur
4.1 Le Service des Moyens et l'Inventaire :
Mr BENBOUZID Rafik
4.2 Le Service de l'Entretien et de la Maintenance :
4.3 le service des Archives :

Melle BOUGOFFA Nadia : chef de service

5 -Le Bureau d'ordre : chargé de la réception, l'envoi, la distribution et l'enregistrement du courrier :
Mr CHARFIA Mohamed

6 -Le Centre de Calcul : chargé du traitement informatique des données en matière de gestion financière et administrative ; le traitement des salaires, rappels et indemnités de l'ensemble du personnel de l'Université:
Mr BENOTHMANE Mohcene : Chef de Service

7 - La Bibliothèque Universitaire : gérée par un conservateur en chef : chargé du suivi du fonds documentaire de l'université ( ouvrages et abonnements scientifiques )
Mme KAÏD KESBA TABBOURA Directrice de la Bibliothèque .

8 -Le Centre d'impression : chargé de l'édition des polycopies et ouvrages des enseignants ; l'impression de toute la documentation des différents services .
Mr HIRECHE Mostefa – Responsable –

9 -Le Centre Audio-visuel : chargé de la couverture de toutes les activités pédagogiques et manifestations scientifiques de l'Université ( Photo – enregistrement – film – etc … )
Mr BENABDOUN Mostefa Responsable

10 -Le Bureau du Contentieux : chargé de toutes les affaires en litige avec des tiers personnes.
Mr CHARFIA Mohamed – Responsable

11 -Le Bureau de sûreté Interne :
Il y a lieu de signaler la présence auprès du Secrétariat Général d'un chargé de mission
Mr BENKHABCHACHE Med Tahar

Contacts :
+ (213 31) 81 87 04
+ (213 31) 81 86 87 Fax : (213 31) 81.85.01

C E D U
Conseil Ethique Déontologie Universitaires

Allocution introductive prononcée par M. le Professeur A. DJEKOUN
Recteur de l’Université Mentouri Constantine

Ethique et déontologie, voilà deux concepts indissociables d’une question pertinente et déterminante dans tout projet de développement d’une université et de sa réputation.
Par ailleurs, au centre de cette question, se trouve l’enseignant.

Il convient de situer la mission de l’enseignant dans le contexte culturel et social dans lequel celui-ci évolue.
Dans le contexte arabo-musulman, il est considéré comme un prophète.

قم للمعلم وفيه تبجيلا كاد المعلم أن يكون رسولا

C’est un messager, il est porteur du message du savoir ; et là où il se trouve il est toujours porteur de ce message

Dans la conception universelle, il est le guide, l’accompagnateur, le tuteur, l’éducateur, le maître.
C’est l’enseignant tout grand pour ne pas dire l’enseignant tout court.
Dans notre culture (algérienne), il est appelé « cheikh » ; c’est le sage, le généreux, c’est le protecteur (le père spirituel) ; c’est la référence.

Si on est tout cela, prophète, maître, cheikh, on ne peut être qu’humble et modeste.

Etre humble et modeste signifie qu’on doit concevoir la rigueur parce qu’elle porte la promotion du mérite, la morale parce que c’est l’essence même de l’éducation, la générosité parce que nous sommes les militants dans les sciences et le savoir.

Ceci nous amène à dire que l’éthique et la déontologie ne sont pas une fin en soi, une façon d’entrevoir les règles ou une manière de nous fabriquer un miroir pour nous regarder chaque matin pour évaluer et corriger nos défauts mais plutôt des moyens pour instaurer  de véritables traditions et, par là même, construire une société avec de véritables repères.

Léonard de Vinci a dit : « Plus on connaît, plus on aime ». Ainsi, plus on découvre et plus on connaît les missions de l’Université, plus on aime à être universitaire.

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui l’éthique et la déontologie sont convoquées pour nous accompagner pour nous faire aimer, protéger et valoriser notre mission pour ne pas dire notre métier parce que nous sommes investis d’un véritable sacerdoce, et même au-delà car ce sont toujours nos travaux qui perpétueront notre existence.

L’éthique et la déontologie universitaires, c’est aussi la capacité de discernement, la force  de compétence et de grandeur des différents acteurs de la vie universitaire pour faire parvenir les valeurs que nous souhaitons faire partager à notre société et transmettre à nos étudiants, aux générations montantes, ces valeurs qui sont la solidarité, la tolérance, le goût de l’effort, l’équité, le mérite, l’amour de la vérité…

En s’appuyant sur les propos qui ont précédé, on considère aussi que l’éthique et la déontologie sont parties prenantes du système éducatif d’une société pour dire enfin que c’est par la formation et par l’éducation des hommes que l’on construit les grands projets pour une nation.

 

1 Problèmes et solutions
2 Réglement intérieur
3 Activités du CEDU
4 PVs de réunions
5 CHARTE D’ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE UNIVERSITAIRES
 
C E D U
Conseil Ethique Déontologie Universitaires

Allocution introductive prononcée par M. le Professeur A. DJEKOUN
Recteur de l’Université Mentouri Constantine

Ethique et déontologie, voilà deux concepts indissociables d’une question pertinente et déterminante dans tout projet de développement d’une université et de sa réputation.
Par ailleurs, au centre de cette question, se trouve l’enseignant.

Il convient de situer la mission de l’enseignant dans le contexte culturel et social dans lequel celui-ci évolue.
Dans le contexte arabo-musulman, il est considéré comme un prophète.

قم للمعلم وفيه تبجيلا كاد المعلم أن يكون رسولا

C’est un messager, il est porteur du message du savoir ; et là où il se trouve il est toujours porteur de ce message

Dans la conception universelle, il est le guide, l’accompagnateur, le tuteur, l’éducateur, le maître.
C’est l’enseignant tout grand pour ne pas dire l’enseignant tout court.
Dans notre culture (algérienne), il est appelé « cheikh » ; c’est le sage, le généreux, c’est le protecteur (le père spirituel) ; c’est la référence.

Si on est tout cela, prophète, maître, cheikh, on ne peut être qu’humble et modeste.

Etre humble et modeste signifie qu’on doit concevoir la rigueur parce qu’elle porte la promotion du mérite, la morale parce que c’est l’essence même de l’éducation, la générosité parce que nous sommes les militants dans les sciences et le savoir.

Ceci nous amène à dire que l’éthique et la déontologie ne sont pas une fin en soi, une façon d’entrevoir les règles ou une manière de nous fabriquer un miroir pour nous regarder chaque matin pour évaluer et corriger nos défauts mais plutôt des moyens pour instaurer  de véritables traditions et, par là même, construire une société avec de véritables repères.

Léonard de Vinci a dit : « Plus on connaît, plus on aime ». Ainsi, plus on découvre et plus on connaît les missions de l’Université, plus on aime à être universitaire.

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui l’éthique et la déontologie sont convoquées pour nous accompagner pour nous faire aimer, protéger et valoriser notre mission pour ne pas dire notre métier parce que nous sommes investis d’un véritable sacerdoce, et même au-delà car ce sont toujours nos travaux qui perpétueront notre existence.

L’éthique et la déontologie universitaires, c’est aussi la capacité de discernement, la force  de compétence et de grandeur des différents acteurs de la vie universitaire pour faire parvenir les valeurs que nous souhaitons faire partager à notre société et transmettre à nos étudiants, aux générations montantes, ces valeurs qui sont la solidarité, la tolérance, le goût de l’effort, l’équité, le mérite, l’amour de la vérité…

En s’appuyant sur les propos qui ont précédé, on considère aussi que l’éthique et la déontologie sont parties prenantes du système éducatif d’une société pour dire enfin que c’est par la formation et par l’éducation des hommes que l’on construit les grands projets pour une nation.

 

1 Problèmes et solutions
2 Réglement intérieur
3 Activités du CEDU
4 PVs de réunions
5 CHARTE D’ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE UNIVERSITAIRES
 
lundi, 18 mars 2013 12:18

Université par les chiffres

1. Effectif étudiants:78782

  • Graduation        :  67869
  • Post-Graduation :   4988
  • C.A.P.A.            :   2301
  • U.F.C.               :   3624

  2. Effectif Enseignants:2467

  • 356 Professeurs
  • 386 Maitre de conférences classe A
  • 110 Maitre de conférences classe B
  • 1030 Maitre assistants classe A
  • 525 Maitre assistants classe B
  • 60 Assistants

 3. Effectif Travailleurs :2185

lundi, 18 mars 2013 12:18

Université par les chiffres

1. Effectif étudiants:78782

  • Graduation        :  67869
  • Post-Graduation :   4988
  • C.A.P.A.            :   2301
  • U.F.C.               :   3624

  2. Effectif Enseignants:2467

  • 356 Professeurs
  • 386 Maitre de conférences classe A
  • 110 Maitre de conférences classe B
  • 1030 Maitre assistants classe A
  • 525 Maitre assistants classe B
  • 60 Assistants

 3. Effectif Travailleurs :2185

Page 1 sur 5

Projets Num Doc (Online)

Documentation en Ligne

Système National de Documentation en ligne.


Articles Par Date

« Novembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Rechercher sur le site

En ligne

Nous avons 203 invités et aucun membre en ligne

Université Frères Mentouri Constantine 1

Université Frères Mentouri - Constantine 1 BP, 325 Route de Ain El Bey, Constantine, Algérie, 25017  Téléphone : +213(0)31 81 12 71